23 juillet 2020 :
Fin Juin 2020, nous avons été contacté par Mr et Mme B., habitants de la commune de Châteauneuf Les Martigues (13) dépendant de la métropole de Marseille.
Depuis plusieurs mois leur vie était devenue un véritable enfer après que le maire de la commune ait décidé d’implanter devant leur maison des ralentisseurs de type “coussin lyonnais” (sorte de coussin berlinois en béton), le tout sur une voie très fréquentée et utilisée par plusieurs lignes de bus.
Après plusieurs démarches auprès du maire durant lesquelles il leur conseillera de “déménager” ou “de prendre des cachets pour dormir”, Mr et Mme B. ont contacté notre association.
En 3 semaines et après leur avoir prodigué tous les conseils en la matière, la métropole de Marseille, gestionnaire de la voie et donc responsable, à décidé de détruire ces ralentisseurs et de remettre la voirie en “l’état d’origine”…
Monsieur et Madame B. ne seront plus obligés de subir de 5h30 à 22h30 les bruits et de fortes vibrations que généraient ces infrastructures ET Madame B. ne sera plus obligée de dormir dans sa voiture pour trouver le sommeil !

17 décembre 2019 :
Christophe Lanfrey contre le maire de Saint Jean Le Vieux (Ain, 01), jugée devant le tribunal administratif de Lyon le 17/12/2019 en faveur de Monsieur Lanfrey..
Condamnation du maire à détruire sous 6 mois le ralentisseur (coût de la mise en place 95 000 €) à l’origine des dégâts sur la voiture du plaignant et a lui rembourser les frais de procédure et d’huissier.
Dossier plaidé par Maître Patrick Gaulmin, avocat au barreau de Toulon.

18 janvier 2019 :
Monsieur et Madame T. habitant de la ville Nice (06), ont vu en quelques mois leur vie devenir un enfer à la suite de la pose, début 2018 de deux ralentisseurs de type “coussin lyonnais” (sorte de coussin berlinois en béton).
A partir de 5h30 et les passages des premier bus et canions, plus question de fermer l’œil à cause des bruits et des vibrations générés par ces infrastructures qui ne font l’objet d’aucune autorisation réglementaire les autorisant sur les voies publiques .
Grace à l’expertise de notre association en la matière et à notre aide, ils ont réussi, début 2019, à faire retirer ces deux ralentisseurs, qui, au delà du fait qu’ils ne servaient à rien, les avaient fait sombrer dans la déprime psychologique !
Dossier réglé à l’amiable en 7 mois.

15 novembre 2017 :
Alain Van Coppenolle contre la commune de Roquebrune Sur Argens (83 Var), suite à un sinistre sur sa Ferrari (pare choc avant cassé) sur un ralentisseur de type “trapézoïdal”.
Face aux résultats du constat d’huissier et de la contre expertise demandée par la commune, cette dernière a préféré régler ce sinistre à l’amiable, s’évitant ainsi des sanctions financières plus importantes et une condamnation.
Indemnisation financière de 3 200 € pour les frais de réparations + frais d’huissier (payés par l’assureur de la commune), et destruction de 5 ralentisseurs non conformes pour un coup supérieur à 100 000 € (à la charge des contribuables).
Dossier réglé par notre association en 45 jours alors que Monsieur Van Coppenolle se faisait balader par les élus depuis 18 mois !